Les effets de la pandémie de COVID-19 sur le marché du travail au Québec

Diffusion : 19 octobre 2020 Mise à jour : 6 novembre 2020

En mars 2020, des mesures de distanciation physique et des restrictions visant les entreprises ont été progressivement introduites au Québec pour ralentir la propagation de la COVID-19. Pour en atténuer les conséquences, les gouvernements fédéral et provincial ont mis en place certaines mesures de soutien. Ces mesures et restrictions ainsi que leur retrait graduel ont eu des répercussions sur le marché du travail : entre février et avril, 820 500 ont été perdus et le taux de chômage est passé de 4,5 % à 17 %, un sommet historique. Entre mai et septembre, l’emploi a progressé, tandis que le taux de chômage a diminué. En octobre, l’emploi a diminué, alors que le taux de chômage a augmenté. Au cours des six derniers mois, l’emploi a augmenté de 694 000, ce qui équivaut à environ 85 % des 820 500 emplois perdus entre février et avril 2020.

Les mouvements mensuels de l’emploi et du taux de chômage reflètent les effets des restrictions, de leur retrait graduel et des réponses des gouvernements, des entreprises et des particuliers. Les graphiques et la ligne du temps présentés illustrent ces évolutions.

 

Graphiques

Évolution et variation de l'emploi par mois, Québec, février à septembre 2020

 

Variation de l'emploi à temps plein et à temps partiel, Québec, février à septembre 2020

 

Taux de chômage total et selon le sexe, Québec, février à septembre 2020

 

Ligne du temps : événements liés à la pandémie et leurs effets sur les indicateurs de l’emploi au Québec

Ligne du temps : événements liés à la pandémie et leurs effets sur les indicateurs de l’emploi au Québec

 

Note méthodologique

Source des données : Statistique Canada, Enquête sur la population active (EPA).

Source des évènements : Institut national de santé publique (2020). Ligne du temps COVID-19 au Québec,[En ligne]. [www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/ligne-du-temps] (Consulté le 5 octobre 2020).

 

Emploi : Les personnes en emploi sont celles qui, au cours de la semaine de référence, ont effectué un travail quelconque contre rémunération ou en vue d’un bénéfice, ou avaient un emploi, mais n’étaient pas au travail.

Emploi à temps plein : Tient compte des personnes qui travaillent habituellement 30 heures ou plus par semaine à leur emploi principal ou à leur emploi unique.

Emploi à temps partiel : Tient compte des personnes qui travaillent habituellement moins de 30 heures par semaine à leur emploi principal ou à leur emploi unique.

Taux de chômage : Nombre de chômeurs exprimé en pourcentage de la population active.

Chômeur ou personne au chômage : Personne qui, au cours de la période de référence : 1) avait été mise à pied temporairement, mais s’attendait à être rappelée au travail et était disponible pour travailler; 2) était sans emploi, avait activement cherché un emploi au cours des quatre dernières semaines et était disponible pour travailler; ou 3) devait commencer un nouvel emploi dans les quatre semaines suivant la semaine de référence et était disponible pour travailler.

Semaine de référence : La situation d’activité sur le marché du travail des répondants est basée sur leurs activités au cours d’une semaine précise chaque mois. La semaine de référence comprend habituellement le 15e jour du mois et s’étend du dimanche au samedi. C’est pendant la période d’enquête ou de collecte, qui se déroule dix jours après la semaine de référence (du dimanche au mardi), qu’ont lieu les interviews de l’EPA.

Date de diffusion de l’Enquête sur la population active
Données de février : 6 mars
Données de mars : 9 avril
Données d’avril : 8 mai
Données de mai : 5 juin
Données de juin : 10 juillet
Données de juillet : 7 août
Données d’août : 4 septembre
Données de septembre : 9 octobre

Haut de page