Baisse de l’emploi et hausse du taux de chômage en avril 2020

Montréal, le 8 mai 2020. – L’emploi diminue de 556 500 (– 13,5 %) au Québec en avril 2020 par rapport à mars 2020. Le taux de chômage croît de 8,9 points de pourcentage en avril pour s’établir à 17,0 %. C’est ce qui ressort des données sur l’emploi et la population active issues des résultats de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada diffusés aujourd’hui.

L’emploi à temps plein fléchit de 451 500 et celui à temps partiel de 105 000. Le secteur privé (– 529 300), le secteur public (– 13 600) et les travailleurs indépendants (– 13 500) enregistrent un recul de l’emploi. Le taux d’activité baisse de 2,7 points et se fixe à 60,4 %, alors que le taux d’emploi se contracte de 7,9 points pour s’établir à 50,1 % en avril.

Au Canada, en avril, l’emploi baisse de 1 993 800 (– 11,0 %). Le taux de chômage est en hausse de 5,2 points et se fixe à 13,0 %. L’Ontario (– 689 200), le Québec (– 556 500), la Colombie-Britannique (– 264 100) et l’Alberta (– 243 800) affichent les plus fortes baisses de l’emploi.

Au cours des quatre premiers mois de 2020, comparativement à la même période de l’année précédente, l’emploi au Québec a diminué de 210 000. Au cours de cette période, l’emploi à temps plein a diminué de 87 000 et celui à temps partiel de 123 000. Depuis le début de l’année 2020, le taux de chômage au Québec s’établit en moyenne à 8,5 % (Canada : 7,9 %).

Mise en garde au sujet des effets de la pandémie de COVID-19 sur les données de l’EPA

 

Tout comme en mars, les effets de la crise de la COVID-19 sur le marché du travail en avril doivent être interprétés avec prudence dans l’analyse des résultats de l’Enquête sur la population active (EPA).

 

La période de référence de l’enquête pour le mois d’avril s’étend du 12 au 18 avril. Les effets sur l’emploi et le chômage de certaines mesures prises par le gouvernement du Québec pendant cette période ont donc potentiellement été mesurés par l’enquête, notamment la reprise des activités des entreprises minières et des entreprises estivales (aménagement paysager, pépinières, centres de jardins et piscines) à partir du mercredi 15 avril.

 

Contrairement à l’édition du mois de mars, l’édition d’avril prend en compte les effets de l’arrêt des activités jugées comme non essentielles annoncé le 23 mars. L’adoption de mesures de soutien par le gouvernement fédéral (Prestation canadienne d’urgence, subventions salariales aux entreprises) peut également avoir eu une incidence sur les résultats de l’enquête au mois d’avril. Toutefois, les effets de l’ajout des chantiers de construction résidentielle à la liste des services et activités essentiels au Québec, eux, ne sont pas mesurés par l’enquête, car cet ajout entrait en vigueur le 20 avril, soit après la semaine de référence.

 

La juste catégorisation du statut d’activité d’une personne selon les définitions usuelles d’emploi, de chômage1 et d’inactivité peut avoir été plus ardue lors de cette édition de l’enquête.

 

Enfin, l’implantation plus hâtive des mesures dans certaines provinces peut affecter les comparaisons interprovinciales.

 

Ainsi, il faudra attendre une plus longue période d’analyse pour évaluer les effets tendanciels de la pandémie de COVID-19 sur le marché du travail québécois. Rappelons par ailleurs que les données mensuelles sont fondées sur un échantillon et ainsi sujettes à une certaine variabilité. Le bulletin Le Quotidien de Statistique Canada présente des analyses détaillées des répercussions de la pandémie sur le marché du travail en avril 2020.

 

En outre, les estimations de l’EPA pour les régions administratives, désaisonnalisées par l’Institut de la statistique du Québec, sont publiées sous forme de moyennes mobiles sur trois mois afin d’atténuer les fluctuations irrégulières attribuables à la faible taille des échantillons. Pour plus d’information sur l’interprétation de ces données, veuillez consulter le document Quelques rappels concernant les moyennes mobiles sur trois mois (MM3M).

 

___________

1 Dans l’Enquête sur la population active, un chômeur est défini comme une personne qui, au cours de la période de référence : 1) avait été mise à pied temporairement, mais s’attendait à être rappelée au travail et était disponible pour travailler; 2) était sans emploi, avait activement cherché un emploi au cours des quatre dernières semaines et était disponible pour travailler; ou 3) devait commencer un nouvel emploi dans les quatre semaines suivant la semaine de référence et était disponible pour travailler.

 

Évolution de l’emploi et de la tendance-cycle, Québec, avril 2019 à avril 2020


Figure : Évolution de l’emploi et de la tendance-cycle, Québec, avril 2019 à avril 2020

Note : La tendance-cycle résulte du lissage des données désaisonnalisées effectué en diminuant l’effet des mouvements irréguliers. Elle aide ainsi à analyser l’évolution à long terme des données. Pour plus d’information : Statistique Canada, Estimations de la tendance-cycle – foire aux questions.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2020. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

 

Évolution du taux de chômage, Québec, avril 2019 à avril 2020


Figure : Évolution du taux de chômage, Québec, avril 2019 à avril 2020

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2020. Adapté par l’Institut de la statistique du Québec.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Relations avec les médias
Centre d'information et de documentation

Tél. : 418 691-2401
ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
Courriel : cid@stat.gouv.qc.ca

Compte Twitter : twitter.com/statquebec