Recensement 2011 : Impacts pour le Québec

Québec, le 15 juillet 2010 – L’Institut de la statistique du Québec a analysé les impacts du changement découlant de la décision d’abolir le questionnaire long du recensement de 2011 (obligatoire pour 20 % des ménages canadiens) et de le remplacer par une nouvelle enquête qui sera réalisée par Statistique Canada (facultative et s’adressant au tiers des ménages canadiens). Les impacts sont importants et concernent notamment trois dimensions de la qualité de l’information statistique : fiabilité, comparabilité et cohérence.

Tout d’abord, compte tenu du caractère facultatif de la nouvelle enquête, une diminution des taux de réponse est appréhendée. Cela laisserait présager une perte de la fiabilité des statistiques produites, notamment celles portant sur des découpages géographiques fins ou sur des populations ou des sous-groupes de personnes pouvant bénéficier d’interventions de nature publique ou privée. De plus, certaines statistiques produites à la suite des recensements passés pourraient ne plus être publiées avec la nouvelle enquête. Or, ces informations sont souvent nécessaires pour la recherche et la prise de décision des différents acteurs de la société québécoise.

Une perte de comparabilité pourrait également être observée à l’égard des statistiques relatives aux caractéristiques de la population obtenues au fil des ans. Le patrimoine statistique développé depuis de nombreuses années pourrait ainsi être affecté significativement. Cela risquerait d’entraîner des inconvénients majeurs lors de l’élaboration, du suivi et de l’évaluation de plusieurs programmes et autres interventions de nature publique ou privée.

Enfin, il pourrait être difficile pour Statistique Canada d’assurer la cohérence des statistiques produites à la suite de la nouvelle enquête facultative avec celles produites à l’aide du questionnaire court du recensement de 2011 (obligatoire pour l’ensemble des ménages canadiens). Le système statistique canadien pourrait alors contenir des informations non concordantes provenant de différentes sources.

Par ailleurs, il faut souligner que l’Institut ne remet pas en question la pertinence du contenu du questionnaire long, celui-ci ayant fait l’objet au préalable de vastes consultations et répondant aux besoins d’information détaillée de la part des différents acteurs québécois. La pertinence de cette information étant incontestable, il est d’autant plus déplorable que la fiabilité, la comparabilité et la cohérence en soient altérées.

Si la nouvelle orientation concernant le recensement de 2011 est maintenue, l’Institut de la statistique du Québec, à titre de coordonnateur statistique pour le Québec, fera les interventions appropriées auprès de Statistique Canada afin que les impacts méthodologiques pressentis soient atténués et que les besoins de la société québécoise en matière d’information statistique soient comblés le plus adéquatement possible.

Il importe de rappeler que le présent communiqué, en conformité avec le rôle objectif que l’Institut doit jouer en matière de qualité statistique au Québec, reflète le résultat de son analyse scientifique de la nouvelle orientation concernant le recensement de 2011.


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :

  • Jean Zal
    Directeur des communications
    Tél. : 418 691-2403, poste 3162
  • Centre d'information et de documentation
    Tél. : 418 691-2401
    ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
  • Compte Twitter : http://twitter.com/statquebec