La part de l’emploi moins qualifié au Québec : en diminution depuis 1998

Montréal, le 16 octobre 2019. – En 2017, on estime qu’il y avait sur le marché du travail québécois 2 103 000 emplois moins qualifiés. En 1998, ce nombre se chiffrait à environ 1 775 000. Malgré cette croissance, la part de l’emploi moins qualifié dans l’emploi total est en baisse sur la période, passant de 65 % à 57 %. Ces résultats sont tirés de l’étude L’emploi moins qualifié au Québec : caractéristiques et tendances sur le marché du travail publiée aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec (lire les faits saillants du rapport).

Ce rapport jette un regard sur les principales caractéristiques de l’emploi moins qualifié au Québec et propose une comparaison de l’emploi moins qualifié avec l’emploi qualifié. Il fait notamment ressortir les différences selon le sexe, l’âge, la scolarité, la durée dans l’emploi, le type de profession, la couverture syndicale, l’industrie, etc.

La part de l’emploi moins qualifié dans l’emploi total diminue, notamment chez les femmes

En raison d’une plus grande scolarisation, les femmes ont vu leur part dans l’emploi moins qualifié diminuer davantage que les hommes sur la période. Ainsi, la part de l’emploi moins qualifié dans l’emploi total des femmes se chiffrait à environ 62 % en 1998, puis s’est établie à environ 51 % en 2017. De leur côté, les hommes ont connu une baisse beaucoup plus faible : la part de l’emploi moins qualifié dans leur emploi total est passée d’environ 67 % à 64 %. L’écart entre les femmes et les hommes s’est donc accru en faveur de ces dernières.

 

Part de l'emploi moins qualifié selon le sexe, Québec, 1998-2017


Figure : Part de l'emploi moins qualifié selon le sexe, Québec, 1998-2017

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2017. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

 

Hausse de la part de l’emploi moins qualifié chez certains groupes de travailleurs

Malgré ces tendances globales, la part de l’emploi moins qualifié s’accroît entre 1998 et 2017 chez les 55 ans et plus, chez les personnes n’étant pas en couple ainsi que chez les travailleurs surqualifiés. En 2017, les travailleurs âgés de 55 ans et plus occupaient un emploi moins qualifié dans une proportion d’environ 20 %. Cette part grimpe à près de 46 % chez les personnes n’ayant pas de conjoint ou de conjointe et s’établit à un peu plus de 30 % chez les travailleurs surqualifiés.

Un écart salarial par rapport aux emplois qualifiés qui s’accroît

En 2017, la rémunération horaire moyenne était de 19,52 $ pour les emplois moins qualifiés, alors qu’elle se fixait à 32,24 $ pour les emplois qualifiés. L’écart entre les deux types d’emploi est ainsi d’environ 13,00 $. Entre 1998 et 2017, l’écart salarial augmente entre les deux groupes, en faveur des emplois qualifiés.

 

Rémunération horaire moyenne selon la qualification de l'emploi, Québec, 1998-2017


Figure : Rémunération horaire moyenne selon la qualification de l'emploi

Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, 2017. Adapté par l'Institut de la statistique du Québec.

 

Mesure de l’emploi moins qualifié

Le terme emploi moins qualifié désigne les emplois dont les exigences scolaires (ou niveaux de qualification) sont habituel­lement inférieures à la formation collégiale technique. Sont couverts par cette définition les emplois exigeant habituellement une formation postsecondaire, mais non de niveau collégial technique, et ceux exigeant généralement une formation d’études secondaires ou un niveau de scolarité inférieur, soit ceux classés comme étant de niveau intermédiaire ou élémentaire.


Par opposition, les emplois dits qualifiés correspondent aux emplois de gestion, aux emplois de niveau professionnel (exigeant habituellement un diplôme universitaire de 1er cycle) et aux emplois de niveau technique, soit ceux dont la profession exige habituellement une formation technique collégiale.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Relations avec les médias
Centre d'information et de documentation

Tél. : 418 691-2401
ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
Courriel : cid@stat.gouv.qc.ca

Compte Twitter : twitter.com/statquebec