Les trajectoires familiales mouvementées des jeunes Québécois

Montréal, le 25 septembre 2018. – Environ 4 jeunes sur 10 (44 %) nés au Québec à la fin des années 1990 ont déjà vécu, entre leur naissance et l’âge de 17 ans, au moins une transition familiale attribuable à l’histoire conjugale (rupture ou formation d’union) de leurs parents. Plus précisément, environ 10 % ont vécu un changement familial, 15 % en ont vécu deux, tandis que près de 20 % ont eu à composer avec trois transitions familiales ou plus de ce type. C’est ce qui ressort du bulletin Les trajectoires familiales diversifiées des jeunes nés au Québec à la fin des années 1990, rendu public aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Les résultats présentés dans ce bulletin s’appuient sur les données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ 1998-2015), qui recueille de l’information détaillée sur les parcours familiaux suivis par les enfants depuis leur naissance.

Une proportion importante de jeunes ont connu la vie en ménage monoparental ou avec un beau-parent

Si 8 % des enfants vivaient avec un parent seul à la naissance, c’est 44 % des jeunes qui avaient déjà vécu dans un ménage monoparental à un moment ou à un autre durant leur enfance ou leur adolescence. Dans la même veine, 32 % ont déjà vécu avec un beau-parent.

Quand les parents se séparent ou que les enfants naissent hors union

Les données de l’enquête révèlent que, dans la période immédiate suivant la séparation de leurs parents (ou leur naissance pour les enfants nés hors union), près de 6 enfants sur 10 (57 %) vivaient seulement avec leur mère et 6 %, seulement avec leur père, alors que 37 % partageaient leur temps d’habitation entre leurs deux parents. Parmi ces jeunes qui partageaient initialement leur temps d’habitation entre leurs deux parents, 60 % vivaient seulement avec leur mère à la fin de leur adolescence, tandis qu’environ 15 % cohabitaient seulement avec leur père.

Par ailleurs, alors que plusieurs recherches montrent que la coopération entre les ex-conjoints constitue un facteur déterminant de l’adaptation des enfants à la séparation de leurs parents, près de 60 % des mères concernées ont déclaré que le climat de leur relation avec le père du jeune était bon ou assez bon, environ 16 % ont déclaré qu’il était mauvais ou très mauvais, tandis qu’autour de 25 % ont indiqué n’avoir aucun contact avec lui.

Les résultats révèlent également que, parmi les mères qui ne vivaient pas avec le père biologique du jeune, 55 % se sont dites satisfaites de l’implication parentale de celui-ci et 47 % étaient satisfaites de son implication financière. Ces perceptions étaient plus répandues chez les mères des enfants qui partageaient leur temps d’habitation entre leurs deux parents : 9 sur 10 se sont dites satisfaites de l’implication parentale du père, et 8 sur 10, de son implication financière.

L’ELDEQ en bref

L’ELDEQ, réalisée par l’Institut de la statistique du Québec, est menée auprès d’un échantillon représentatif d’enfants nés au Québec en 1997-1998 et suivis depuis l’âge d’environ 5 mois. L’objectif principal de cette étude est de comprendre les facteurs qui, pendant la petite enfance, conduisent au succès ou à l’échec lors du passage dans le système scolaire. Les collectes de données sont financées par le ministère de la Santé et des Services sociaux, le ministère de la Famille, la Fondation Lucie et André Chagnon, l’Institut de la statistique du Québec, le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

On peut consulter l’ensemble des publications tirées de l’ELDEQ sous l’onglet « Publications » du site Web de l’étude, à l’adresse suivante : www.jesuisjeserai.stat.gouv.qc.ca.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Relations avec les médias
Centre d'information et de documentation

Tél. : 418 691-2401
ou 1 800 463-4090 (sans frais d'appel au Canada et aux États-Unis)
Courriel : cid@stat.gouv.qc.ca

Compte Twitter : twitter.com/statquebec