Progression des exportations internationales du Québec en 2017

Québec, le 28 février 2018. – Les exportations internationales du Québec, désaisonnalisées et en dollars constants, aux prix de 2007, augmentent de 2,0 % en 2017 et s’établissent à 75,8 G$. Au Canada, on observe une hausse de 1,4 % et l’on enregistre une valeur de 496,7 G$. De même, au mois de décembre 2017, les exportations québécoises progressent de 5,3 %, tandis que les exportations canadiennes diminuent de 1,9 %. C’est ce que révèle l’information diffusée aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec sur le commerce international de marchandises.

Parmi les 25 premiers produits exportés par le Québec, 15 affichent une hausse pour l’année 2017. Les gains les plus élevés proviennent du groupe des moteurs d’aéronefs, de celui de l’aluminium et de ses alliages ainsi que du groupe des camions et des châssis lourds et de poids moyen. D’autre part, les minerais et les concentrés de fer, les aéronefs et le groupe des autres métaux non ferreux sous forme brute (principalement le zinc) enregistrent les plus fortes diminutions.

Par ailleurs, en décembre 2017, les exportations d’aéronefs présentent une forte croissance, tandis que les minerais et les concentrés de fer enregistrent la diminution la plus marquée.

Les exportations vers les États-Unis, en dollars courants, augmentent de 5,6 % en 2017. Leur part dans les exportations québécoises est de 70,8 %, soit une baisse de 0,2 point de pourcentage en regard de 2016. Les exportations d’aluminium et de ses alliages sous forme brute affichent la plus grande progression, suivies par celles des moteurs d’aéronefs. À l’inverse, les aéronefs présentent le plus fort recul de nos exportations vers nos voisins du sud en 2017.

De leur côté, les exportations vers l’Europe s’accroissent de 7,3 % en 2017. Elles représentent 13,6 % du total québécois, une part en hausse de 0,2 point de pourcentage en regard de 2016. Les plus fortes augmentations proviennent des aéronefs, du diesel et des graines oléagineuses (excluant le canola). Parmi les dix premiers produits dirigés vers l’Europe, deux groupes enregistrent des diminutions, soit celui des moteurs d’aéronefs et celui des pièces pour aéronefs et autre matériel aérospatial.

Pour leur part, les exportations dirigées vers l’Asie présentent une hausse de 4,4 % et atteignent ainsi 8,6 % du total québécois, une part en baisse de 0,1 point de pourcentage en regard de 2016. Les gains les plus élevés proviennent des exportations de pâtes de bois, de celles des machines pour le commerce et les industries de services ainsi que de celles de porc frais et surgelé. D’autre part, les graines oléagineuses (excluant le canola) et le papier journal sont les groupes qui subissent les plus fortes diminutions en regard de l’année précédente.

Les importations internationales du Québec s’accroissent en 2017

Les importations internationales de marchandises du Québec, désaisonnalisées et en dollars constants, aux prix de 2007, augmentent de 3,5 % en 2017 et s’établissent à 80,2 G$. Au Canada, on observe une hausse de 4,9 % et l’on enregistre une valeur de 478,1 G$. Toutefois, au mois de décembre 2017, les importations québécoises se contractent de 3,5 %, alors que les importations canadiennes augmentent de 0,6 %.

Parmi les 25 premiers produits importés par le Québec, 18 affichent une hausse en 2017. Les importations d’automobiles et de camions légers affichent de loin la plus forte hausse, suivies par celles du cuivre et de ses alliages sous forme brute et par celles des produits pharmaceutiques et médicinaux. À l’inverse, les principaux reculs proviennent du pétrole brut et des circuits intégrés, des semi-conducteurs et des assemblages de circuits.

Cela dit, au mois de décembre 2017, ce sont les importations de bauxite et d’oxyde d’aluminium qui affichent la hausse la plus marquée, tandis que la plus forte diminution provient des lubrifiants et des autres produits pétroliers raffinés.

Les importations en provenance des États-Unis, en dollars courants, progressent de 3,2 % en 2017 et représentent 34,6 % du total québécois, soit une proportion inférieure de 0,8 point de pourcentage à celle enregistrée pour 2016. La plus forte hausse provient du groupe des automobiles et des camions légers, suivi par le pétrole brut. D’autre part, l’essence à moteur indique la plus grande baisse.

Par ailleurs, les importations en provenance de l’Europe s’apprécient de 7,1 % en 2017 et constituent 27,1 % des importations québécoises, une part en hausse de 0,4 point de pourcentage en regard de l’année précédente. Les plus fortes augmentations concernent les produits pharmaceutiques et médicinaux, l’essence à moteur ainsi que les lubrifiants et autres produits pétroliers raffinés. Pour la première fois en 30 ans, le pétrole brut n’est pas inclus dans les 10 premiers produits en provenance de l’Europe pour l’année 2017.

Enfin, les importations en provenance de l’Asie s’élèvent de 6,2 % et représentent 22,6 % du total québécois, soit une part en hausse de 0,1 point de pourcentage en regard de 2016. Les gains les plus marqués proviennent du groupe des automobiles et des camions légers de même que de celui des ordinateurs et de leurs appareils périphériques.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :