L’emploi croît au Québec en 2016, tandis que le taux de chômage s’établit à son plus bas niveau depuis 1976

Montréal, le 1er mars 2017 – Par rapport à l’année 2015, le Québec enregistre une croissance d’environ 36 000 emplois en 2016 (+ 0,9 %); il s’agit d’une hausse similaire à celle observée l’année précédente. La progression de l’emploi profite plus aux femmes (+ 24 000) qu’aux hommes (+ 12 000). Tout comme c’est le cas depuis plusieurs années, la hausse de l’emploi au Québec en 2016 se concentre chez les personnes de 55 ans et plus. C’est ce qui ressort, entre autres, de la publication intitulée État du marché du travail au Québec. Bilan de l’année 2016, rendue publique aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec et qui repose sur les données de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada.

Le secteur des biens marque une pause en 2016 après avoir connu une baisse combinée de près de 50 000 emplois au cours des deux années précédentes. Le secteur des services poursuit sa progression avec 29 000 emplois de plus en 2016; toutefois, la hausse est deux fois moins élevée que celle observée en 2015 (+ 63 000). L’emploi continue de progresser chez les non-syndiqués; la présence syndicale s’établit à son taux le plus bas depuis 1997 (38,6 %).

L’emploi à temps plein continue de dominer

Pour une deuxième année consécutive, la croissance de l’emploi au Québec est attribuable à l’emploi à temps plein (+ 53 700). D’ailleurs, le Québec affiche la plus forte augmentation de l’emploi à temps plein parmi toutes les provinces canadiennes en 2016.

Le taux de chômage atteint son plus bas niveau depuis 1976

Le taux de chômage diminue d’un demi-point et se fixe à 7,1 % en 2016, soit son niveau le plus bas depuis les 40 dernières années (1976). Chez les immigrants, le taux de chômage descend sous la barre des 10 % pour la première fois depuis la disponibilité des données (2006).

Le nombre d’heures hebdomadaires de travail des Québécois a peu changé par rapport à 2015 et s’élève à 34,9 heures en 2016.  Le salaire horaire moyen (+ 2,8 %) progresse plus vite que l’inflation (+ 0,7 %).

La publication État du marché du travail au Québec. Bilan de l’année 2016 fait un survol de la situation du marché du travail dans l’ensemble du Canada et les autres provinces. Elle comporte aussi une section sur les régions administratives du Québec ainsi que sur la population immigrante.

Variation de l’emploi : comment interpréter les divers indicateurs?

En combinant l’information portant sur plusieurs mois consécutifs, comme il a été fait par l’Institut dans cette publication, on peut tirer des conclusions plus précises sur le plan statistique au sujet du rythme de la croissance de l’emploi. En effet, l’erreur type associée au changement dans la variation moyenne de l’emploi calculée sur une période de 12 mois est plus petite que celle fondée seulement sur la variation entre le mois de référence en cours et le mois de référence précédent. Ce constat est d’autant plus vrai lorsque l’on compare le mois de référence avec le même mois de référence, 12 mois plus tôt. Ainsi, les interprétations ci-dessous sont celles qui doivent être faites pour tenir compte de la précision relative de ces indicateurs :

  • En moyenne en 2016, on estime la croissance de l’emploi à 36 100 par rapport à 2015. En tenant compte de l’erreur type, on peut affirmer à un niveau de confiance de 95 % que la valeur réelle de la croissance moyenne de l’emploi pour cette période se situe entre 26 100 et 46 100;
  • En décembre 2016, on estime la croissance de l’emploi à 90 800 par rapport à décembre 2015. En tenant compte de l’erreur type, on peut affirmer à un niveau de confiance de 95 % que la valeur réelle de la variation de l’emploi se situe entre 26 200 et 155 400.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :