Légère baisse des ventes de livres en 2016

Québec, le 11 mai 2017. – Au Québec, les ventes au détail de livres neufs sont passées de 608 M$ en 2015 à 603 M$ en 2016, une diminution de 1 % (– 5,3 M$). Cette baisse, bien que faible, s’inscrit dans une tendance qui est dégressive. Par rapport aux ventes d’il y a cinq ans (2012), les ventes de 2016 ont baissé de 74 M$, soit de 11 %. Ces résultats proviennent d’une enquête réalisée par l’Observatoire de la culture et des communications de l’Institut de la statistique du Québec.

Bien que l’on assiste à une baisse globale de 1 % entre 2015 et 2016, la situation varie selon les types de points de vente. Ainsi, les ventes de livres sont restées stables dans le marché des librairies (+ 0,4 %), mais elles ont baissé de 6 % dans le marché de la grande diffusion, marché qui regroupe les autres types de détaillants : grands magasins, grandes surfaces à rabais, kiosques à journaux, pharmacies, quincailleries, etc. Outre ces deux grandes catégories de marchands, les éditeurs et les distributeurs de livres, eux aussi, vendent directement aux particuliers et aux institutions. Or, entre 2015 et 2016, les ventes directes des éditeurs ont augmenté de 2 % et celles des distributeurs de livres ont diminué de 16 %.

Ces statistiques sont tirées du bulletin Optique culture no 54 « Les ventes de livres en 2015 et 2016 » que l’on peut consulter sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :