La valeur des livraisons minérales du Québec se rétablit au-dessus de la barre des 8 G$ en 2016

Québec, le 10 mai 2017. – Depuis 2011, la valeur des livraisons se situe généralement au-dessus de 8 G$. Celle-ci a cependant baissé de 11,3 % en 2015 pour atteindre 7,5 G$. La valeur des livraisons a gagné 10,2 % en 2016 pour atteindre 8,3 G$. La baisse momentanée de la valeur des livraisons survenue en 2015 est principalement due à l’effet combiné de la chute du prix du minerai de fer et de la diminution des quantités de minerai de fer livrées pour cette année. À cela s’ajoute la baisse du prix des métaux usuels pour la même période.

En 2016, les trois principales régions minières du Québec se partagent 72,9 % de la valeur totale des livraisons minérales du Québec, soit 25,6 % (2,12 G$) pour le Nord-du-Québec, 24,9 % (2,06 G$) pour l’Abitibi-Témiscamingue et 22,4 % (1,86 G$) pour la Côte-Nord. La Montérégie, en raison de la présence d’usines de transformation des minéraux, est en quatrième position et compte pour 14,0 % (1,16 G$) de la valeur totale des livraisons. Selon les prévisions de 2017, la valeur des livraisons devrait augmenter de 6,1 % par rapport à 2016 pour atteindre 8,8 G$ (estimée selon la valeur moyenne des métaux en 2016).

Ces résultats proviennent de l’Enquête sur la production minérale du Québecdont les plus récentes données (données finales de 2015, données provisoires de 2016 et prévisions pour 2017) sont publiées aujourd’hui sur le site Web de l’Institut de la statistique du Québec. 

En 2016, les substances métalliques comptent pour 84,9 % du total des livraisons minérales, dont 33,0 % (2,7 G$) pour l’or, 31,5 % (2,6 G$) pour le minerai de fer, le fer de refonte, l’ilménite et le titane et 14,0 % (1,2 G$) pour les métaux usuels. Par ailleurs, les matériaux de construction (ciment, pierre, produits d’argile, sable et gravier) comptent pour 10,9 % (906 M$) de la valeur totale des livraisons minérales.

En 2016, on dénombre 15 286 emplois (années-personnes) liés au secteur de l’exploitation minière, incluant l’extraction minière et les activités de première transformation des minéraux. Il s’agit d’une baisse de 2,5 % par rapport à 2015. Ces emplois se retrouvent majoritairement dans les trois principales régions minières du Québec dans les proportions de 23,5 % (3 585 emplois) dans le Nord-du-Québec, de 22,7 % (3 470 emplois) en Abitibi-Témiscamingue et de 15,6 % (2 382 emplois) sur la Côte-Nord. Pour la Montérégie, les 2 593 emplois se trouvent principalement dans les activités de première transformation des minéraux et comptent pour 17,0 % du total des emplois liés au secteur de l’exploitation minière au Québec.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :