La violence conjugale est plus répandue chez les adultes ayant subi de la violence avant l’âge de 15 ans

Québec, le 9 mai 2017. – En 2014, au Québec, environ 4 % de l’ensemble des personnes mariées, en union libre ou ayant été en couple ou en contact avec un ex-conjoint dans les cinq dernières années ont subi de la violence physique ou sexuelle dans un contexte conjugal au cours de cette même période. La prévalence de la violence conjugale pouvant varier selon certains facteurs de risque, on remarque qu’elle est deux fois plus élevée chez les individus ayant subi au moins une forme de violence durant l’enfance. Les formes de violence subies durant l’enfance mesurées sont l’exposition à la violence entre adultes de la maison, ainsi que la violence physique et la violence sexuelle. S’appuyant sur les données de l’Enquête sociale générale de 2014 menée par Statistique Canada, ces résultats sont tirés du bulletin Coup d’œil sociodémographique, no 56, publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Sévérité de la violence subie durant l’enfance et violence en contexte conjugal

La violence conjugale fait, toutes proportions gardées, trois fois plus de victimes parmi les individus ayant subi au moins deux formes de violence durant l’enfance que dans l’ensemble des personnes mariées, en union libre ou ayant été en couple ou en contact avec un ex-conjoint dans les cinq dernières années. Aussi, plus le nombre d’incidents violents vécus avant l’âge de 15 ans est élevé, plus la prévalence de la violence en contexte conjugal s’accroît.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :