Augmentation du produit intérieur brut du Québec au premier trimestre

Québec, le 27 juin 2017. – Au premier trimestre 2017, le produit intérieur brut (PIB), exprimé en termes réels au prix du marché, augmente de 1,1 %, soit une hausse annualisée de 4,3 %. Au Canada, la croissance trimestrielle s’élève à 0,9 %, constituant une variation annualisée de + 3,7 %. En regard du premier trimestre 2016, le PIB s’apprécie de 2,9 % au Québec et de 2,3 % au Canada. C’est ce que nous apprend la publication de l'Institut de la statistique du Québec Comptes économiques du Québec, 1er trimestre 2017.

La progression de la demande intérieure finale (+ 0,9 %) au premier trimestre est généralisée, et constitue une septième augmentation trimestrielle consécutive. Les dépenses de consommation finale croissent de 0,7 %, alors que l’investissement (+ 1,6 %) poursuit sa reprise amorcée au début de 2016. Par ailleurs, le déficit du solde du commerce extérieur augmente considérablement et les stocks s’accumulent de façon appréciable.

La croissance des dépenses de consommation finale des ménages (+ 0,9 %) est davantage stimulée par l’acquisition de biens (+ 1,4 %) que par l’achat de services (+ 0,5 %). La progression prononcée dans l’achat de biens durables se poursuit (+ 1,8 %), suivant une croissance de 5,1 % pour l’ensemble de 2016. Les variations des achats de biens semi-durables (+ 1,7 %) et de biens non durables (+ 1,0 %) par les ménages sont également en hausse au premier trimestre, tout comme les dépenses de consommation finale des administrations publiques (+ 0,2 %).

Hausse soutenue de l’investissement en bâtiments résidentiels

L’investissement résidentiel augmente de 2,7 % au premier trimestre, à la suite d’une croissance de 3,4 % au quatrième trimestre 2016. La construction de nouvelles unités d’habitation progresse de 2,1 %, les activités de rénovation augmentent de 3,9 %, alors que les activités de revente se replient de 0,4 %. L’investissement des entreprises en ouvrages non résidentiels varie peu (+ 0,1 %) au premier trimestre, alors que celui en machines et matériel bondit (+ 3,8 %). La formation brute de capital fixe des administrations publiques augmente pour sa part de 0,5 %.

Les exportations baissent de 3,3 %, diminution exclusivement attribuable à la contraction des exportations internationales de biens (– 7,2 %), tandis que les exportations vers les autres provinces augmentent de 0,8 %. Les importations se replient pour leur part de 0,3 %, contraction qui est également associée au commerce international de biens (– 0,8 %), alors que les importations en provenance des autres provinces s’apprécient de 0,3 %. Ce faisant, le solde négatif du commerce extérieur se creuse de façon prononcée, et transite de –  7,4 G$ au quatrième trimestre 2016 à – 12,3 G$ au premier trimestre 2017.

Le produit intérieur brut mensuel augmente en mars

Le produit intérieur brut (PIB) réel aux prix de base du Québec augmente de 0,4 % en mars 2017, après avoir connu une hausse de 0,1 % en février. Au Canada, le PIB enregistre une hausse de 0,5 % en mars. La croissance au Québec provient essentiellement des industries productrices de biens. En ce qui concerne les industries productrices de services, ces dernières ont maintenu leur niveau de production à celui de février.

En mars 2017, les industries productrices de biens enregistrent une hausse de 1,2 %, après avoir connu une diminution de 0,4 % en février. Le secteur des services publics (+ 5,2 %), celui de la fabrication (+ 0,9 %), celui de la construction (+ 0,6 %), de même que celui de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière et de l’extraction de pétrole et de gaz (+ 1,2 %) augmentent leur niveau de production. En revanche, le secteur de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (‑ 2,3 %) diminue son niveau de production.

Du côté des services, la production reste inchangée en mars, après avoir connu une hausse de 0,3 % en février et une augmentation de 0,3 % en janvier. Plusieurs secteurs ont connu des hausses au mois de mars, dont ceux du commerce de gros (+ 0,6 %), de la finance et des assurances (+ 0,7 %), des services professionnels, scientifiques et techniques (+ 0,4 %) ainsi que des services d’enseignement (+ 0,5 %). En revanche, le secteur des services de transport et d’entreposage (– 0,5 %), celui de l’hébergement et des services de restauration (– 2,5 %) de même que celui des administrations publiques (– 0,4 %) diminuent leur niveau de production.

La production du secteur de la fabrication augmente de 0,9 % en mars, à la suite d’une baisse de 1,6 % en février et d’une croissance nulle en janvier. La hausse en mars est attribuable au gain de 1,8 % noté dans le secteur de la fabrication de biens non durables. Le secteur de la fabrication de biens durables augmente sa production de 0,1 %.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :