La violence psychologique est la forme de violence la plus souvent subie en contexte conjugal

Québec, le 6 juin 2017. – L’Institut de la statistique du Québec rend aujourd’hui public un bulletin Données sociodémographiques en bref, vol. 21, no 3, qui dresse le portrait de plusieurs formes de violence subies en contexte conjugal, soit les violences psychologique, économique, physique et sexuelle, ainsi que le harcèlement criminel. Les résultats présentés s’appuient sur les plus récentes données populationnelles disponibles sur la violence conjugale, soit celles de l’Enquête sociale générale de 2014 menée par Statistique Canada.

La violence psychologique est la forme de violence conjugale la plus fréquente. Au Québec, en 2014, près de 12 % de l’ensemble des personnes en couple ou ayant été en couple ou en contact avec un ex-conjoint dans les cinq dernières années ont subi cette forme de violence. La prévalence de la violence physique s’établit à environ 3 %, alors que la violence sexuelle est la moins déclarée et touche 0,5 % des personnes concernées.

Les violences perpétrées par un ex-conjoint sont les plus fréquentes

L’analyse des violences conjugales selon le type de relation montre que la proportion de victimes d’au moins une forme de violence parmi les personnes ayant été en contact avec un ex-conjoint est plus élevée (40 %) que cette même proportion parmi les personnes mariées ou en union libre (10 %).

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :