Produit intérieur brut : Montréal et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine en tête des régions administratives

Québec, le 13 juillet 2017. – En 2015, le produit intérieur brut (PIB) aux prix de base en dollars courants se chiffre à 351 088 M$ au Québec. La croissance atteint 2,4 % par rapport à 2014. La plus forte hausse du PIB s’observe dans la région administrative de Montréal (+ 4,2 %), suivie de près par la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (+ 4,0 %). C’est ce qui ressort des données sur le PIB régional mises à jour par l’Institut de la statistique du Québec et diffusées aujourd’hui sur son site Web.

Le taux de croissance du PIB dépasse les 3 % dans les régions des Laurentides (+ 3,5 %) et de Laval (+ 3,2 %), tandis que Lanaudière (+ 2,6 %), la Montérégie (+ 2,4 %), l’Estrie (+ 2,2 %) et l’Outaouais (+ 2,2 %) affichent une hausse comparable à celle de l’ensemble du Québec. Sous la barre des 2 %, on trouve ensuite la Capitale-Nationale (+ 1,9 %), la Mauricie (+ 1,6 %), la Chaudière-Appalaches (+ 1,6 %), le Centre-du-Québec (+ 1,4 %) et le Saguenay–Lac-Saint-Jean (+ 0,5 %). Enfin, l’activité économique de quatre régions fléchit en 2015 : la Côte-Nord (– 8,1 %), le Nord-du-Québec (– 7,7 %), le Bas-Saint-Laurent (– 1,6 %) et l’Abitibi-Témiscamingue (– 1,3 %).

La RMR de Montréal se distingue de l’ensemble du Québec

Avec une hausse de son PIB de 3,6 %, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal enregistre de loin la plus forte augmentation parmi les RMR du Québec. À l’inverse, Trois-Rivières est la seule à accuser une perte en 2015 (– 0,8 %). La RMR de Gatineau croît de 2,5 %, alors que Sherbrooke (+ 1,7 %), Québec (+ 1,2 %) et Saguenay (+ 0,4 %) voient leur PIB augmenter d’un taux inférieur à la moyenne québécoise. Le territoire du Québec hors RMR présente, quant à lui, une hausse de son PIB de 1,0 %.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :