Près de la moitié (46,5 %) des PME du Québec ont fait une demande de financement externe en 2014

Québec, le 21 février 2017 – En 2014, 46,5 % des petites et moyennes entreprises (PME) québécoises ont fait une demande de financement externe, soit une proportion légèrement inférieure à celle des PME dans l’ensemble du Canada (51,3 %). Les instruments de financement ne sont pas diversifiés en dehors de l’emprunt. Environ le tiers (33,4 %) des PME se sont servies de ce dernier instrument, comparativement à 12,1 % pour le crédit commercial, à 7,4 % pour le crédit-bail, à 5,6 % pour le financement gouvernemental et à 1,4 % pour le capital-actions. Il faut noter qu’en 2015 le Québec comptait un peu plus de 257 000 PME avec employés, lesquelles représentaient 20,5 % du nombre total des PME au Canada. Celles-ci employaient 2,4 millions de salariés, ce qui correspond à 91,6 % de l’emploi total dans le secteur privé. C’est ce qui ressort du rapport d’enquête sur Le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises au Québec en 2014 diffusé aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Peu importe l’instrument de financement externe, l’approbation globale des demandes est en général satisfaisante

Pour la plus importante demande déposée par les PME, le taux d’approbation global des demandes pour chacun des instruments de financement externe examinés – l’emprunt (85,4 %), le crédit commercial (97,2 %), le crédit-bail (97,0 %) ou le financement gouvernemental (80,8 %) – est assez satisfaisant et similaire à celui observé dans l’ensemble du Canada (respectivement 82,1 %, 98,3 %, 98,2 % et 82,8 %).

Une faible proportion de PME (6,4 %) est en forte croissance

Même si 63,4 % des PME du Québec ont enregistré une croissance simple de leurs ventes ou de leurs revenus totaux entre 2012 et 2014, une très faible proportion d’entre elles (6,4 %) a réalisé une forte croissance, soit une proportion légèrement inférieure à celle observée dans l’ensemble du Canada (9,3 %), mais du même ordre de grandeur que celles observées dans les pays de l’OCDE en 2012 et en 2013.

Les PME du Québec perçoivent plus d’obstacles majeurs à leur croissance que celles de l’ensemble du Canada

Entre le cinquième et le quart des PME du Québec ont mentionné cinq obstacles à la croissance qu’ils considéraient comme majeurs – l’intensification de la concurrence, les fluctuations dans la demande des consommateurs, la réglementation gouvernementale, le taux d’imposition des sociétés et la hausse du coût des intrants. Une proportion semblable des PME dans l’ensemble du Canada n’en ont retenu que deux parmi les cinq – les fluctuations dans la demande des consommateurs et l’intensification de la concurrence.

La principale destination des ventes des PME du Québec demeure leur municipalité ou leur région

Plus de 92,9 % des PME du Québec ont effectué des ventes dans leur municipalité ou leur région en 2014, ce qui représente l’équivalent des trois quarts (75,5 %) de leurs ventes totales en moyenne. Les trois destinations restantes – marché provincial hors de sa municipalité ou de sa région, reste du Canada et marché international – ont attiré respectivement 50,5 %, 17,8 % et 11,2 % des PME qui y ont expédié respectivement 17,4 %, 3,6 % et 3,5 % de leurs ventes totales en moyenne.

 


L'Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le coordonnateur statistique pour le Québec et la pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

Sources :