Qui sont ces Québécoises et Québécois qui font du bénévolat?

Montréal, le 4 décembre 2017. – À la veille de la Journée mondiale du bénévolat, l’Institut de la statistique du Québec publie un bulletin Portraits et trajectoires sur la participation à des activités de bénévolat chez les Québécoises et les Québécois de 16 à 65 ans. Les données utilisées proviennent du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) réalisé en 2011 et 2012.

Les données révèlent qu’en 2012, environ 36 % des Québécoises et des Québécois de 16 à 65 ans ont fait du bénévolat pour un organisme de bienfaisance ou un organisme sans but lucratif, ou pour un parti politique ou un groupe d’action au cours des 12 mois précédents. Ce taux est plus faible que dans l’ensemble du Canada (49 %). Par ailleurs, parmi les Québécoises et les Québécois ayant fait du bénévolat, environ la moitié (51 %) s’y sont adonnés moins d’une fois par mois, 1 sur 5 (20 %) en a effectué au moins une fois par mois, mais moins d’une fois par semaine, et près de 3 sur 10 (28 %) en ont fait au moins une fois par semaine.

Plusieurs caractéristiques sociodémographiques sont associées au bénévolat

Les modèles statistiques testés dans cette publication montrent que plusieurs caractéristiques sociodémographiques contribuent positivement à la participation à des activités de bénévolat chez les Québécoises et les Québécois de 16 à 65 ans : le fait d’être une femme, d’avoir au moins un parent né à l’extérieur du Canada, d’appartenir à certains groupes d’âge (16-19 ans, 35-44 ans ou 45-65 ans), d’avoir des enfants d’âge scolaire, d’avoir un niveau de scolarité élevé ou d’avoir l’anglais comme langue d’usage à la maison. Les étudiantes et les étudiants sont aussi plus susceptibles de faire du bénévolat, et l’on peut penser que cette situation est liée au contexte scolaire ou parascolaire. De plus, les gens qui ont confiance en autrui seraient plus enclins à s’engager dans des activités de bénévolat.

Compétences et engagement bénévole vont de pair

Les données montrent que les niveaux élevés de littératie et de compétence en résolution de problèmes dans un environnement technologique ainsi que la pratique régulière d’activités de lecture et l’utilisation fréquente de l’informatique en dehors du travail sont positivement liés à la propension à faire du bénévolat.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est l’organisme responsable du PEICA. En 2011-2012, 24 pays ont participé à ce programme. Au Canada, c’est Statistique Canada qui avait la responsabilité de la collecte des données et le financement de cette dernière pour le Québec a été assuré en grande partie par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES).

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :