Baisse des ventes d’enregistrements sonores en 2016

Québec, le 6 avril 2017. – Les ventes d’enregistrements audio en équivalent d’albums sont de 6,6 millions d’unités en 2016, en baisse de 23 % par rapport à 2015. Cette baisse touche à la fois les CD (– 24 %), les albums numériques (– 25 %) et les pistes numériques (–19 %). C’est ce que révèle l’étude publiée aujourd’hui par l’Observatoire de la culture et des communications du Québec de l’Institut de la statistique du Québec.

Hausse de la part québécoise dans un marché en baisse

En 2016, la part de marché des produits québécois se situe à 46 % (41 % en 2015). Cette part varie selon les supports : elle est de 57 % pour les CD et de 26 % pour les produits numériques. La hausse de la part québécoise entre 2015 et 2016 s’explique en partie par le fait que les ventes d’albums québécois ont baissé de 15 %, alors que celles d’albums non québécois ont connu une baisse de 31 %. Les ventes de pistes numériques sont en baisse à la fois pour les produits québécois (– 18 %) et pour les produits non québécois (– 19 %).

Chute des ventes de musique numérique

Après s’être maintenues autour de deux millions d’unités depuis 2013, les ventes d’albums numériques sont en baisse de 25 % en 2016 par rapport à 2015. Quant aux ventes de pistes numériques, elles sont en recul pour une troisième année consécutive, ce qui représente une baisse cumulative de 33 % depuis 2013. Selon des sources externes, cette érosion des ventes de produits numériques s’expliquerait en partie par la popularité des services d’écoute de musique en continu (streaming).

La musique francophone maintient sa part des ventes

Avec 32 % des ventes en 2016, la part de marché des albums francophones est similaire au résultat de 2015 (30 %) et à la moyenne des cinq dernières années (31 %). En 2016, elle est de 39 % pour le CD et de 18 % pour les produits numériques (albums et pistes confondus). Parmi les ventes d’albums québécois, les parts détenues par les produits en français sont relativement stables, soit 68 % en 2014 et 66 % en 2015 et en 2016.

Ces renseignements proviennent de la publication Optique culture no 53 que l’on peut consulter sur le site Web de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec.

 


L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

– 30 –

 

Sources :